Dring. La sonnerie du réveil vous fait sursauter. Difficilement, vous vous souvenez que vous avez prévu de courir ce matin. Tel un zombie, vous enfilez un t-shirt, chaussez les baskets, poussez la porte d’entrée. La fraîcheur matinale vous fait ouvrir un premier oeil. Vous démarrez la montre et c’est parti! Pendant 10 minutes, vous avez l’impression de courir dans les bras de Morphées… Faites-vous bien de courir à jeun?

S’entrainer à jeun, pourquoi faire?
Certains coureurs choisissent de s’entrainer tôt le matin pour pouvoir concilier vie de sportif, vie familiale et vie professionnelle. Dans ce contexte, il est souvent préféré de prendre le petit déjeuner après l’effort pour éviter tous les petits désagréments qui peuvent survenir pendant la digestion.
D’autres voient dans l’entrainement à jeun, une manière de perdre du poids en mobilisant les graisses de l’organisme et / ou d’améliorer les performances sportives, notamment pour les sports d’endurance.

L’entrainement à jeun fait-il réellement perdre du poids ?
Plusieurs études scientifiques ont montré que la pratique sportive à jeun permet d’augmenter la proportion de lipides utilisée par le muscle lors d’un effort, mais aussi durant les quelques heures qui suivent l’exercice.
En effet, dans ces conditions, les lipides représentent 50% du carburant utilisé pendant et après la pratique sportive, contre seulement 33% lorsqu’un petit déjeuner est consommé avant l’effort. Ainsi, la masse grasse est grandement mobilisée, permettant une perte de poids plus rapide.
Attention cependant, il peut y avoir des conséquences négatives à ce type d’entraînement.

Et côté performances, est-ce utile?
Contrairement à ce que l’on pense, s’entrainer à jeun ne permet pas d’augmenter les performances, c’est même souvent l’inverse. En effet, des études ont montré que sur des efforts longs et intenses, les performances baissent très souvent.
Cette diminution de la performance est notamment due à l’accumulation d’acide lactique responsable d’une fatigue précoce. L’utilisation des protéines à jeun peut modifier la synthèse d’hormones, entrainant un sentiment de lassitude, souvent rapporté par les coureurs.

Est-ce dangereux pour la santé ?
Avant de s’entraîner à jeun, il est important d’avoir en tête tout ce qu’une telle pratique peut engendrer sur l’organisme du coureur.
Durant la nuit, le corps continue de dépenser de l’énergie, même si cette dépense est plus faible que tout au long de la journée. Par conséquent, au réveil, les stocks de glycogène (forme de stockage des glucides) sont relativement pauvres et s’entrainer sans s’alimenter préalablement peut provoquer une hypoglycémie au cours de l’effort.
Par ailleurs, lors d’un effort réalisé à jeun, l’organisme libère des hormones qui favorisent la dégradation des protéines corporelles. Les protéines ne sont donc plus utilisées pour la construction et la réparation des tissus mais comme source d’énergie, augmentant ainsi les risques de blessures.
A cela s’ajoute la formation de toxines due à l’oxydation incomplète des lipides lors d’un effort à jeun, rendant la récupération plus longue.

 

The following two tabs change content below.

Urban Challenge